Le lundi, elle lit le journal du week-end.
Le mardi, elle corrige celui du lendemain.
Le mercredi, elle rédige le scoop du jeudi.
Le jeudi, elle s’inquiète de l’article, promis, non écrit, non rendu.
Le vendredi, d’un revers de la main, elle efface une semaine chargée et jette ses épluchures de légumes sur du vieux papier journal.
Le samedi, elle n’ouvre pas sa boite aux lettres.
Le dimanche, sa tribu couchée, elle navigue de blogues en blogues, discrètement, presque timidement, sans jamais laisser de traces, sauf peut-être aujourd’hui ?…

A V., je te salue !