“Il y a ce moment, cette décision intérieure chaque matin au lever, de laquelle, dépend tout le bonheur du jour, et ce moment, et cette décision consiste à ne point devancer Dieu, mais à le laisser, lui, prendre les devants. Car il ne faudrait point que nous commencions à vivre avant que Dieu ne vive en nous. Laissons-le nous prévenir ; laissons-le vivre avant nous ; laissons-le prendre en nous chaque matin les devants de la vie et donnons sans tarder préséance à sa pensée sur les nôtres. Alors, il fera beau, aujourd'hui, certainement.”

François Cassingena-Trévedy – Etincelles II
(en attendant que le tome III veuille bien arriver jusqu’à moi, bientôt…)

déc 2009