Au milieu de septembre,
quand l'agenda se met en place, lourdement parfois,
quand la marche des jours s'engouffre, nez en avant, plus vite que la raison.
Au milieu du temps,
le prendre, l'arrêter, le donner,
sans jamais le perdre, simplement en gagner,
quand il faut être là, pour écouter, pour partager, pour vivre ensemble,
ce que l'un ressent, ce que l'une découvre, ce que l'autre attend,
prêter son oreille, juste un instant, une heure ou deux.

Le jour s'épuise, le vent s'engouffre, la pluie s'annonce...
et doucement, j'écoute et j'entends...

des voix.
quelques claquements de doigts.
une estrade qui résonne.
Écoutez,
les nuages approchent, le cliquetis des gouttes d'eau, l’orage qui déjà, gronde au loin…
les notes tombent justement, elles glissent, légères et aériennes...juste ce qu'il faut...
Une pointe de génie, un zeste de folie…