Ils sont une cinquantaine, la plupart en 3ème. Des collèges de la ville.
Un mercredi après-midi sur leur temps libre pour parler de la confirmation.
Pas forcément facile pour tous, pas forcément limpide pour tous…
Mais ils avancent, sur ce chemin qui leur est ouvert depuis plusieurs mois.
Ils ne devinent pas encore ce que le Souffle de l’Esprit leur offrira. Ils n’ont pas encore identifié les projets qui marquera la terre de leurs pas. Ils n’imaginent pas encore ce qui les fera grandir s’ils prêtent l’oreille aux mots de Dieu. Ils apprennent à se rencontrer, sans savoir qu’ils construisent maintenant le socle d’une amitié rare pour demain.
Chacun a son histoire, chacun son parcours.
J’en connais peu, quelques-uns que je regarde grandir, de loin.
Nos chemins se croiseront à nouveau. Encore. Bientôt.

Ils sont venus nombreux, la plupart lycéens. De tout le diocèse.
Un samedi après-midi sur leur temps libre pour vivre ensemble un pas de plus vers Dieu.
Heureux de se retrouver, de se re-croiser, de se revoir.
L’alchimie fonctionne depuis que les rencontres ont tissé entre eux, doucement, le lien qui les fait se rassembler.
Ils savent maintenant combien vivre ensemble ces moments de foi les porte au fil des jours qui passent.

Aller à la rencontre de ces jeunes, pas encore adultes, à la croisée de la vie qui s’ouvre à eux, c’est un cadeau sans prix.
Je suis là, j’apprends à remplir l’espace donné.
En équilibre sur le fil invisible d’une juste justesse à trouver. 
Souvent difficile. Souvent exigeant. Souvent délicat.
A côté. Pas loin.
J’écoute ce qu’ils viennent chercher.
Je les regarde se laisser surprendre par Celui qui souffle sur leurs jours.
J’entends tout ce qui fait leurs doutes, tout ce qui construit leur monde.
Leurs peurs aussi, leur joie aussi.
Les rencontrer, c’est se poser comme témoin.
Les rencontrer, c’est respirer l’altérité comme on goute un jour nouveau.
Les rencontrer, c’est devenir ensemble cette Eglise vivante, si belle…