Encore un pas de plus vers Noël...

L’hiver s’installe doucement, les rues sont éclairées et scintillantes, les maisons décorées. La ville s’agite et bouillonne.

Étonnant toute cette agitation pour une naissance à venir… Alors qu’il faudrait peut-être essayer de se taire, essayer de laisser au silence l’espace suffisant pour que l’écho de la Bonne Nouvelle s’amplifie doucement jusqu’à Noël…

Étonnant aussi comme le silence fait peur, si peur qu’on le remplit le plus possible de bruits, d’informations, de mots, du matin au soir.

Parce que, oui, le silence a du goût !

Apprendre à faire le vide pour mieux recevoir.

Creuser un sillon pour mieux entendre l’écho de nos vies.

Se laisser surprendre par l’inhabité pour mieux vivre la douceur d’une pause

Et dans ce vide, trouver l’instant où Dieu se dit.

Le temps de l’Avent s’offre à chacun comme la possibilité de donner une autre couleur, une autre saveur, aux jours qui viennent.

Pour mieux entendre l’autre, pour mieux entendre Dieu au milieu des bruits du monde.